Désencombrer et simplifier ne se fait pas en une journée!

Classé dans : Blog | 5

Poils au nez! Non sans dec’, c’est vrai!

Mardi dernier, je suis allé chez une cliente que j’avais vue il y a quelques mois pour un grand tri de son dressing. Pendant cette mission, nous n’avions pas chômé, nous avion sorti quelques 10 sacs de 100 L de fringues en excellent état à donner et à vendre. Elle avait depuis continué son tri notamment dans la seconde chambre où il y avait encore des vêtements à elle et dans le salon.

Pendant cette deuxième mission, nous avons trié… ses fringues! « Mais je ne comprends pas », me diras-tu, « vous les aviez déjà triées. Ne serais-tu pas un charlatan, Julien »?!

Eh bien, non, je n’en suis pas un! Je suis même très honnête lorsque j’accompagne mes client.e.s dans le home-organizing. Je le suis presque trop. Je ne mens pas: simplifier sa vie demande du travail, de la rigueur et… du temps! Comment veux-tu changer toutes tes habitudes de consommation, passer en revue des dizaines et dizaines de kilos de vêtements accumulés sur plusieurs dizaines d’années, donner, vendre, recycler d’autres dizaines de kilos de vêtements, réorganiser l’espace dressing, chaussures, accessoires, sacs en une petite journée et oh, devenir essentialiste ou minimaliste en 7 heures?!

Il y a toujours le premier tri, celui par lequel commence cette aventure vers la légéreté et la simplicité. A ce moment-là, tu es aux prémices d’un changement de vie, d’organisation et de consommation. Mais tu es en proie au doute, potentiellement à la nostalgie et au sentimentalisme, qui vont t’empêcher d’aller le plus loin possible.

Rassure-toi, pendant ce premier tri, tu vas pouvoir déjà retirer beaucoup d’objets, de vêtements, de bibelots. Les plus évidents. Ceux qui te sont insupportables, ceux que tu trouves moches, ceux qui sont cassés, branlants, troués, jaunis. Ceux que tu as en double, en triple. Ceux pour lesquels tu es sûr.e de toi, que tu as déménagé des dizaines de fois sans les utiliser. Sans penser qu’ils étaient encore là. Tu auras alors la satisfaction d’avoir trié au maximum. Il y aura ensuite l’urgence ou la fatigue d’aller au bout de chaque action. Charger la voiture, amener à l’association. Charger la voiture, amener à la déchetterie. S’assurer que chaque objet suit bien la filière de recyclage. Charger ton panier et ramener ces livres ou ces bibelots à ta maman, à l’hôpital du coin, à ta collègue. Prendre en photo l’objet, le décrire, poster l’annonce, répondre aux sollicitations, convenir d’un rendez-vous, le vendre ou le donner.

Tu continueras à trier chaque espace de la maison, à donner, à vendre, à recycler. La vie te rattrapera certaines fois t’empêchant d’aller aussi vite que tu l’avais espéré. Sans t’en rendre compte, tu avanceras sur ton petit chemin. Tes habitudes vont changer, tu consommeras moins, tu réutiliseras plus, tu prendras moins de temps pour les futilités. Tu te sentiras plus confiant.e et plus léger.e.

Quelques mois plus tard, tu tomberas sur un vêtement qui ne te correspond pas et tu te lanceras alors dans un nouveau tri. Tu te sentiras beaucoup plus fort.e et plus solide que la première fois. Les vêtements qui étaient passés entre les mailles de ta première décision ne seront cette fois-ci pas épargnés.

Il faut du temps pour désencombrer, trier, réaménager. Il faut du temps pour changer sa façon de consommer et de s’organiser. Il faut du temps pour se rassurer qu’avec moins, on est plus légers, plus libres. Il faut du temps pour être définitivement convaincu.e que le « au cas où » n’apparaît jamais. Et que, si jamais il venait à apparaître, tu aurais la créativité, la débrouillardise et l’originalité de trouver une solution pour pallier le manque de cet objet. D’ailleurs, maintenant que tu y penses, tu trouves beaucoup plus drôle et plus sympa de toquer chez le voisin ou de te renseigner dans l’outilthèque de ton quartier pour récupérer un objet dont tu as besoin une fois tous les 10 ans.

Attention, prendre le temps ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras. Au contraire, chaque moment où tu désencombres et tries, même le moindre petit espace, te rapproche toujours un peu plus de ton objectif.

Mardi, j’ai vu ma cliente, qui a surconsommé le vêtement pendant des dizaines d’années, se séparer de pantalons, de chemisiers qu’elle n’imaginait pas retirer de sa vie il y a encore quelques semaines. Il lui aura fallu près de 10 mois pour se rendre compte qu’ils lui étaient inutiles, pire qu’ils « l’étouffaient ».

J’ai vu ma cliente prendre des décisions plus franches, sans peur, sans hésitation sur chacun des vêtements que nous avons trié à nouveau. Ses intentions étaient tellement claires qu’elle n’a pas eu peur de retirer 80% des pulls et près de 60% des jeans qui lui restaient parce que « ce n’est pas moi, ce ne sont pas mes couleurs, ce n’est pas la forme que j’aime porter. Je ne les ai jamais mis d’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi je les ai gardés lors du premier tri. »

Moi je comprends. Et toi aussi maintenant. Parce qu’il lui aura fallu du temps. Du temps pour s’assurer que l’essentiel tient à peu de choses. Du temps pour se rendre compte qu’être n’est pas avoir. Du temps pour apprécier que lorsque « rien ne manque, le monde vous appartient » (Lao Tseu).

Mardi, je l’ai quittée tout sourire, profondément confiante et inspirée…

5 Responses

  1. Ottiger

    Ce texte résume bien des choses , et parfois il.faudrait juste qql un dans le.coin de l esprit pour nous booster, afin de prendre.conscience qu.il.est de changer nos habitudes, …
    Faire le 1er pas sens regarder derrière pour apprendre a se sentir léger dans notre quotidien.
    Continues cette démarche qui bien souvent m aider à réfléchir et vendre, donner, sans le regrets et.devient un automatisme.

    • Julien

      C’est pour celà que les home-organizers existent: pour motiver, accompagner et stimuler chacun.e. Plus on avance et plus on se sent confiant. Vivre avec moins pour vivre mieux… 🙂

  2. Falempin

    Bonjour Julien,
    Tes mots sont sources d’inspiration pour moi, si, si !
    J’habite une maison que je désencombre et ton article renforce ma détermination vers une nouvelle façon d’être et de vivre avec moins d’objets autour me moi, ton article m’aide beaucoup car ce n’est pas simple 🙂

    • Julien

      Bonjour Nadine, Merci pour ton message. Celà me fait plaisir de savoir qu’à distance, j’arrive à motiver certain.e.s à enclencher le travail ou à le continuer, malgré la lassitude ou la démotivation qu’on peut ressentir parfois. Dans mes conseils précieux, n’oublie pas de faire une photo avant et après de l’endroit que tu désencombres. Cela te permettra de te motiver et reprendre confiance les jours où tu penseras que ça n’avance pas. « Petit à petit, l’oiseau désencombre son nid »! 🙂 Bonne journée Nadine!

  3. Falempin

    Je crois que j’ai oublié quelque chose !

    Un tout grand merci et une belle journée à toi 😉

    Nadine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *