La déconsommation n’est pas un gros mot

Classé dans : Blog | 3

Des yeux ronds, qui pourraient sortir de leurs orbites lorsque je prononce ce mot. « Déconsommation ». Revenir à l’âge de pierre? Faire couler notre économie? Ne plus jamais consommer? Bannir le plaisir?

Tout faux! La déconsommation, ce n’est pas l’anti-consommation. C’est la diminution du consumérisme. La déconsommation repose non pas sur l’absence de consommation mais sur une consommation moindre, raisonnée, raisonnable et consciente.

Nous sommes de plus en plus nombreux à partager le fait que nous ne pouvons plus consommer comme nous l’avons fait ces dernières décennies. D’une part, et nous le savons toutes et tous, parce que ce n’est physiquement pas possible, les ressources ne sont pas inépuisables (certaines sont même déjà épuisées: je te laisse regarder ce qui se passe pour le sable depuis quelques années: « Sable: la pénurie« ). D’autre part, parce que, ces 30 dernières années nous avons perdu du bon sens jusqu’à « médiocriser » nos comportements et notre quotidien.

La déconsommation serait finalement consommer VRAIMENT moins et VRAIMENT mieux.

Les questions du besoin et de l’utilité sont au centre de ce terme. Pour s’orienter vers une consommation raisonnable et raisonnée (et éviter les 85% d’achats superflus et inutiles de notre quotidien), Marie Lefèvre et Herveline Verbecken en ont fait une méthode, la fameuse méthode B.I.S.O.U que je t’invite à découvrir en cliquant sur le lien.

Maintenant que tu sais que cet objet te sera utile et pratique, je vais te guider vers des alternatives à l’achat de neuf.

Le seconde-main

Alors que je n’avais jamais acheté de vêtements de seconde-main durant les 33 premières années de ma vie, me voici aujourd’hui à ne me vêtir principalement qu’avec de l’occasion. Aujourd’hui, même les grandes marques s’y mettent. Et certains hypermarchés ouvrent leurs rayons au vêtement d’occasion aux côtés du vêtement neuf. Des applications comme Leboncoin et Vinted ont démocratisé l’achat de seconde-main et fleurissent un peu partout dans les villes des friperies et des dépôts vente. Attention, je te vois venir, ne surconsomme pas sous prétexte que c’est de l’occasion! J’t’ai à l’œil…

La réutilisation – la récup’

Retaper une petite table basse trouvée dans la rue et la transformer en table de nuit, réutiliser une bouteille en verre pour en faire une gourde, un vase, un terrarium ou récupérer de vieilles chaises dans le grenier des parents, voilà autant de solutions pour réutiliser et récupérer les objets. Tape dans la garde-robe des parents, dans le grenier des grands-parents, ose récupérer sur le trottoir et créé! Jouissance assurée!

Le don

Par le don, j’offre une seconde vie à un objet. Plutôt que de l’acheter, je le récupère gratuitement par exemple grâce à de nouvelles applications comme GEEV. Une bougie neuve, des tee-shirts en bon état, une table, des chaises… bref je te laisse regarder tout ce que tu peux récupérer GRATOS!

Le troc

Devenu de plus en plus courant, il existe de nombreux groupes de trocs sur les réseaux sociaux, organisés par quartiers, par villes ou par liens d’affinités. Mais il y a aussi des sites comme mytroc.fr par exemple qui ont officialisé le troc comme un autre moyen de consommer.

Aujourd’hui on peut donc s’échanger des livres ou des objets que l’on pense équitables (par exemple un sac de vêtements pour enfants contre des produits d’hygiène).

On peut aussi s’échanger des compétences: apprendre une langue en échange de cours de piano.

Le Système d’Echange Local (SEL)

Il permet à une communauté physique (généralement organisée en association) d’échanger des biens, des services et des savoirs de façon égalitaire autour d’un moyen d’échange.

Je t’achète un pot de confiture au prix de 4 graines. Le voisin donnera 8 graines pour 1 heure de cours d’anglais. 

Les magasins sans argent

Chacun peut y déposer des objets en bon état et transportables qu’il n’utilise plus. Si on y flâne et, oh! quelle chance!, on découvre un fouet électrique dont on a réellement besoin, il suffit juste de le prendre et… c’est tout ! Regarde donc le positivisme que véhicule cette boutique sans argent!

Si nous poussons un peu plus loin la réflexion, alors se pose la question fondamentale de la propriété: avons-nous besoin d’être propriétaire du bien?

La mise à disposition

De plus en plus de copropriétés par exemple mettent à disposition une buanderie commune, un espace de jeux et des appareils électroménagers utilisés occasionnellement (appareils à raclette, pierrades…) tout ça, dans un espace commun où chacun vient se servir.

Les boîtes à livres sont apparues dans nos rues et permettent de mettre à disposition du passant des livres déposés spontanément par toutes et tous. Elles sont de plus en plus présentes et deviennent même pour certains halls de grands immeubles des boîtes à objets.

L’emprunt

Complètement oubliées ces 20 dernières années mais toujours présentes dans nos villes, les bibliothèques sont l’un des plus vieux exemples du système d’emprunt d’objets. Aujourd’hui s’ouvrent d’autres “Thèques” mettant en avant le fait que nous n’avons pas besoin d’être propriétaire d’un objet qui ne sera utilisé que 20 minutes dans toute notre vie. Voilà que sont nées les outilthèques. Plus besoin d’encombrer son cagibi ou son garage avec des outils utilisés une fois tous les 4 ans, on emprunte une visseuse qu’on ramène après utilisation.

Le partage

Et non, je n’invente rien, chat mais je réactive des notions oubliées. Ça faisait des années que je n’avais pas organisé de raclette à la maison. Ce que j’ai donc fait il y a 3 semaines. Or, je n’ai plus d’appareil à l’appart. A quoi sert-il de stocker 364 jours par an un appareil à raclette que tu ne vas utiliser qu’une fois? J’ai alors demandé à mon voisin qui, oh, suspense! en avait un à me prêter. Je lui ai rendu nettoyé (oui je suis bien élevé) avec une bonne bouteille.

Tu vois, déconsommer n’a rien à voir avec ne plus rien consommer du tout jusqu’à la fin de ta vie. C’est ramener de la conscience, du bon sens, du partage et de la qualité dans ta consommation et ton quotidien. Crois-moi, c’est jouissif! Vraiment… 😉

3 Responses

  1. carina

    Sans commentaire
    👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻

  2. Lollydana

    Pleins de bonnes idées 😉
    Je mise sur les vides greniers quand on pourra soooortir 😉
    Pour cette année je vise le « rien de neuf » et que de l utile évidemment !

    • Julien

      Super! Le défin rien de neuf permet en effet de se lancer et de tenir sur la longueur. Bravo à toi! Et merci de ton soutien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *