Lâche ton téléphone!

Classé dans : Blog | 2

Mercredi dernier, « mon bel ami » m’organise une surprise. Me voilà à aller quelque part pour faire quelque chose! Ouuuuh exciting!!

Installé dans un fauteuil moelleux, la découverte est géniale! Je suis à l’Olympia pour le concert de Lisa Stansfield. « This is the real thing, yeaaaah! »

Génial! Le concert est génial! Lisa est géniale! Mon copain génial! Moi aussi, je me sens génial! Soirée géniale, en résumé!
Je rentre ébloui par la prestation de Lisa que je remercie de m’avoir accompagné pendant ces années 90 que j’ai tellement adorées…

De ce concert, je retiens malheureusement aussi des lumières perturbantes qui m’ont très régulièrement coupé de ce beau moment. Des lumières hypnotisantes, dérangeantes qui parvenaient de plusieurs dizaines d’écrans de téléphones portables. Et oui, pendant ces 2 heures, s’était invité, comme d’habitude le prolongement de l’Homme, à savoir son téléphone. Et ce pendant près de 2 heures que dura le concert. Et ces 2 heures m’ont permis de découvrir l’hystérie de capter des instants sur mémoire vive, une chanson, une photo, on s’en fout, n’importe quel moment, et si la photo est floue alors il faut recommencer, avec le flash c’est mieux, comme ça ton voisin en a aussi plein la gueule, d’ailleurs ton voisin, tu t’en fous, tu es seul, avec ton téléphone… Et Lisa en fond…

J’ai donc eu la chance de voir certaines parties du concert à travers le téléphone portable de mon voisin de devant. Et le téléphone portable de la voisine d’à côté. Pourtant, j’ai beau me souvenir, je ne vois pas de groupies autour de moi et encore moins des adolescents hystéro. Il serait donc d’usage pour l’espèce humaine de vivre concerts, spectacles, festivals et même déjeuners (ou dîners tant qu’il y a un plat coloré à manger) à travers son téléphone et les réseaux?!

Qu’est-il donc arrivé à la spontanéité et à la joie du moment? Apparemment, elles sont toutes deux parties rejoindre innocence et je m’en fous du regard de l’autre, des potes à elles. Reviendront-elles? Je l’espère. Ces téléphones, certains artistes les interdisent comme Florence Foresti ou dernièrement Madonna. Pour sa dernière tournée toute en intimité, chaque spectateur doit déposer son portable dans une pochette qui se verrouille automatiquement dès l’entrée dans la salle de concert.

Au concert de Lisa Steinfield, pas de pochettes verrouillées donc.

Pour ma part, j’y étais sans téléphone. Partir quelque part, sans cet outil de travail et de (sur)-connexion, c’est ce que je m’efforce de faire de plus en plus. Parce que, même si j’ai été atterré mercredi dernier, je fais partie de l’espèce humaine, et moi aussi, la frénésie du téléphone portable m’a touchée et me touche encore lorsque je relâche mon attention. Bon d’accord, pas au point de filmer des chansons entières dans un concert. Peut-être parce que ma grand-mère m’a élevé dans le respect de l’autre? Oups, sorryyyyyy…

Bref, pour éviter de tomber dans la dépendance ultime, je me suis donc instauré des moments sans téléphone. Et je ne peux que t’encourager à t’y mettre, toi aussi. Voici quelques conseils:

1.Sors-le de ta chambre

Parce que c’est toujours tentant au moment du coucher d’aller sur Internet, de zieuter les réseaux, d’aller tchacher… Mais c’est aussi un gros tue-l’amour! Déjà que la télé n’en stimulait pas beaucoup à repeupler la Terre (finalement à l’heure de l’effondrement et du réchauffement climatique, ne serait-ce pas le moment de les installer dans toutes les chambres du monde entier?!!:-)), le téléphone a ce côté hypnotisant parce qu’il est connecté au monde. Il peut alors te happer pendant des heures sans que tu t’en rendes compte. La chambre reste un endroit propre au repos, à la détente, à l’intimité et ne doit donc pas être envahie par les Instagram et les emails à profusion.

2. Change de réveil

Pour les même raisons vues plus haut; parce qu’il peut se passer 1 heure entre le moment où tu prends ton téléphone pour programmer ton réveil et le moment où il est réellement mis. Au réveil finalement c’est la même: réveil à 7h du mat’ mais debout à 7h30 avec déjà 30 minutes de réseaux dans les dents…

Utilise alors un réveil vintage trop mignon ou comme moi, un radio reveil. Choisis une radio que tu aimes, tu seras réveillé.e par les infos ou la musique, bien plus stimulant que les sonneries du téléphone. Tu pourras ensuite profiter des étirements, de la méditation, d’un câlin tendre ou sauvage, d’un bon petit-dej, bref de quoi commencer une bien belle journée. Même en novembre!

3. Mets-le régulièrement en avion dans ta poche ou en silencieux dans ton sac

Au boulot. Tu verras que tu seras bien plus efficace. Fais-toi alors des poses régulières pour justement aller pendant 10 minutes sur ton téléphone.

Avec tes amis ou ton date. NE LE POSE JAMAIS SUR LA TABLE. Mais bien en silencieux dans ton sac. Prends 30 secondes avant d’arriver à ton rendez-vous pour le mettre en mode avion ou silencieux puis mets-le dans ton sac ou ta poche. Tu seras alors pleinement à l’autre. Cette habitude de déposer son téléphone sur la table est rentrée dans nos moeurs mais à moins d’être médecin urgentiste, pompier ou en liberté conditionnelle, il peut être tranquillou dans le fond de ton sac.

4. Retire les notifications

Si ce que je te conseille plus haut est impensable pour le moment, l’une des premières étapes est de le mettre en silencieux régulièrement (notamment au boulot) et de retirer toutes les notifications de chaque appli. Tu verras qu’après plusieurs jours sans pastille rouge, tu seras moins déconcentré par chaque message envoyé, chaque email reçu ou chaque commentaire déposé sous ta photo de vacances et tu te sentiras moins dépendant.

5. Dépose-le dans une petite boîte à partir d’une heure fixée

Si ce que j’ai dit plus haut résonne fortement en toi ou si tu as dejà passé ces étapes, l’étape ultime est de l’éteindre à une heure fixée et de le déposer dans une boîte dans l’entrée par exemple ou dans ton sac pour le lendemain. Et toute la famille de s’y mettre. Non, je plaisante, je ne veux pas que tu aies à gérer les crises de delirium de tes ados!! Cela dit, s’ils voient leurs parents déconnectés, y a peut-être moyen de les stimuler à réduire leur consommation des écrans. Quoiqu’il en soit, toi, déjà tu gagneras en efficacité, concentration, détente et finalement, tu seras aussi plus efficace quand tu seras sur ton téléphone.

Je ne vais clairement pas me faire de potes avec cet article, je sais, mais faisant ce travail sur moi, je peux vous certifier que c’est:

-difficile

-positif sur mon travail, ma concentration et mes stimulations cognitives

-gratifiant lorsque je me sens pleinement libre

-positif sur ma vie sociale finalement, lorsque je suis réellement connecté à l’autre, en réel

-positif sur mon monde intérieur, j’observe, je rêve, je projette, je ressens…

Sans téléphone, ce concert a été un moment parfait, en connexion avec l’artiste, un moment de partage beau et émouvant avec « mon bon ami », un magnifique souvenir rempli de lumières, de l’énergie de Lisa, du talent des musiciens, du sourire et des regards de ma moitié que je garderai non pas sur un espace de stockage mais dans ma mémoire… Jusqu’à ce que ce bon vieil Alzheimer toque à ma porte (à cause de tous les poissons goût plomb que j’aurai ingurgités dans ma vie. Ca fera l’objet d’un article tiens!:-))

Alors, chiche de partir sans lui?«

 

2 Responses

  1. Pauline @formelessisbetter

    Coucou Julien !

    En voilà un article intéressant et tellement dans l’air du temps. J’appelle cela la pollution numérique.

    Malheureusement je suis moi même touchée : sur le portable pendant 30 min avant d’aller dormir pas bon pour le sommeil et la détente.

    Dans le métro rare sont les personnes avec un bouquin à la main, tout le monde est sur son téléphone…

    • Julien

      C’est un travail de chaque instant de se désintoxiquer. Mais je remarque que lorsque le téléphone est éteint ou loin de soi, tu l’oublies finalement au bout de quelques minutes et tu avances vraiment dans’ ton action de façon légère et concentrée… mais en effet, comme toutes drogues, chaud de se déshabituer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *