R pour refuser

Classé dans : Blog | 2

Ces dernières semaines, j’ai animé de nombreux ateliers zéro déchet. Et j’en suis profondément heureux! Aller à la rencontre de chacun d’entre vous par le biais d’un atelier en entreprise ou d’une journée citoyenne ou étudiante, c’est motivant, gratifiant et positif!
Merci à vous toutes et tous qui participez à ces événements! Je vous envoie des bisous de remerciement et de motivation!

Bon revenons-en au pourquoi de cet article. Dans chacun de ces ateliers, je présente rapidement la philosophie des 5R et nous attaquons la fabrication de nos petits produits. Le principe de ces ateliers étant de montrer qu’avec quelques produits naturels, sains, écologiques et économiques on remplace aisément des produits industriels polluants, chers et potentiellement mauvais pour la santé. Cette action fait partie du R de réduire de cette philosophie.

Mais je sais que pour certain.e.s, remplacer tous les produits du quotidien par une alternative faite maison demande du temps, des essais et de la confiance car le doute de l’efficacité et la peur de mal faire subsistent… Et puis Ariel nettoie plus blanc que blanc, comment moi je pourrais?!

J’insiste donc dans ces ateliers, c’est pourquoi je souhaitais aussi écrire cet article, que chaque action compte dont une action forte de cette philosophie des 5R: REFUSER.

Refuser le sac en plastique dans son supermarché, refuser les couverts en plastique chez le traiteur italien, refuser la paille dans un bar sont des actions importantes et essentielles dans la démarche zéro déchet. En disant non (avec un sourire et en expliquant la démarche), tu es déjà en action.

Refuser c’est aussi prendre le temps et l’énergie pour formuler son refus et se battre pour le faire entendre.

Je reçois en août un magazine sous blister que je n’ai jamais demandé. Je prends donc le temps avant de le renvoyer (et oui, il faut aller jusque-là pour que le message passe correctement! :-)) d’envoyer un email au service clients pour demander la suppression de mes coordonnées et l’arrêt de ces envois.

Et hier soir, qu’est-ce que je retrouve dans la boite aux lettres? Le p***** de magazine (qui soit dit en passant était intitulé « zéro déchet et sobriété »!!) toujours sous blister. J’ai donc pris le temps à nouveau de demander la suppression de mes coordonnées et de l’envoi de ce magazine. J’ai reçu des excuses ce matin et l’explication du pourquoi il était dans ma boite aux lettres: l’équipe d’été qui n’aurait pas fait son boulot!! C’est bien connu, c’est toujours à cause des autres…

Espérant que cette fois le message passe, cet exemple montre qu’il faut dans certains cas prendre du temps pour faire passer le message. Ça peut être simple comme chez le traiteur ou plus compliqué quand on s’attaque aux automatismes de marketing d’une grande société. Mais ton refus, associé au mien, associé à celui du voisin ont la prétention de pouvoir changer un fonctionnement profondément ancré dans les grandes sociétés. Et tous ces refus seront peut-être à l’origine de l’arrêt définitif d’envoi de publicités, de magazines, de flyers…

Le refus en version digitale est aussi très important. Refuser les newsletters qu’on ne lit pas (franchement, t’en as déjà lu une, toi?! :-)), ce n’est pas seulement les supprimer. Mais c’est prendre 30 secondes pour se désinscrire de la liste de distribution (et le refaire autant de fois que nécessaire) avant de supprimer l’email (et bien vider la corbeille hein)!

C’est aussi communiquer ce refus (et donc la démarche et les valeurs) à son entourage. En voici une action forte et symbolique qui peut avoir une portée énorme! Ça fait des années qu’on s’offre des camions d’objets dans tous les sens et voilà qu’aujourd’hui tu refuses! Posément, explique que tu ne veux plus de saloperies (trucs, machins, gadgets, bref tous les termes pour ces petits cadeaux) pour ton anniversaire ou que tu ne veux pas d’hystérie matérielle autour du berceau du petit dernier (la lampe vache qui accompagne le jeu d’éveil avec la petite peluche lapin trop mignonne qui va avec).

Refuser, gentiment, simplement est une action simple, claire et forte. Même si tu ne fais (pour le moment!!) pas ta lessive et que faire ton dentifrice est à des années lumière de toi, refuser est majeur dans cette démarche zéro déchet. Elle te met directement en action et montre aux autres qui tu es avec tes valeurs et ton point de vue.

Quand je te dis que dire non c’est positif!

2 Responses

  1. Emilie

    Bien dit, Julien! Je me permets de partager un exemple personnel pour illustrer les bienfaits du refus:

    Depuis longtemps, ma belle-famille avait remarqué l’abondance (et l’inutilité..) des cadeaux échangés à Noël: une dizaine de cadeaux par enfant, conjoint, petit-enfant (même les chiens reçoivent chacun leurs paquets de friandise!). Désireux de vouloir consommer moins, mais se heurtant aux diktats de la société (« mais c’est Noël, enfin! »), ils ont mis en place un système « Secret Santa », où chaque personne inscrivait sur une liste ce dont il/elle a besoin/envie, avec une limite de X euros par personne, et chacun offrait à la personne tirée au sort un cadeau de sa liste. Ils ont ainsi réduit le nombre de cadeaux (emballage et tout ce qui va avec) mais on était encore bien loin du compte: « mince, le mixer ne coûte QUE 30 euros, je vais donc ajouter des chaussettes, une brosse à dents et 3 bougies », tout ça pour atteindre le juste prix!
    Certes, la méthode fonctionne un peu mieux car au moins, les cadeaux sont désirés (donc potentiellement pas immédiatement jetés dans l’océan!) mais tout ce qui est offert est neuf (=je me procurerais le même mixer, mais d’occasion) + emballages, sacs, stress & perte de temps.
    Pendant des années, mon conjoint et moi avons expliqué notre point de vue (=pas de cadeau svp!), essayé de refuser, en vain. Jusqu’à cette année, où ma belle-mère a proposé de mettre en commun la même somme habituellement allouée à l’achat de cadeaux, pour la reverser au profit d’une association. L’instant de surprise passé, tous les membres de la famille ont applaudi l’idée, et surtout, le soulagement s’est lu sur les visages.
    Comme quoi… on dirait que le stress du centre commercial le 22 décembre ne vaut pas le plaisir de recevoir un mixer tout neuf dans son papier bulle!
    Continuons donc de refuser!
    Et si l’idée ne passe pas dans votre famille, proposez les dons -comme nous, vous pourriez être agréablement surpris!

    • Julien

      J’adore Emilie! Un peu moins de mixers dans l’océan et toujours plus dans les rayons! À ta belle-mère, faudrait peut-être lui offrir un cadeau pour la remercier de cette belle idée?!!🎁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *